Immobilier : accepter de perdre pour gagner plus

Ils ont tord.Il est donc excessif que cette bonne nouvelle pour l’économie, par un tour de passe-passe, devienne la cause du déclenchement de cette colossale politique monétaire non-conventionnelle.La fragilité de ses institutions par temps de crise a été une grave faiblesse.Tels sont les deux points qui nous frappent quand nous considérons l’attitude naturelle de l’homme vis-à-vis d’un avenir auquel il pense par cela même qu’il est intelligent, et dont il s’alarmerait, en raison de ce qu’il y trouve d’imprévisible, s’il s’en tenait à la représentation que la pure intelligence lui en donne.Voici quelques changements que cela implique, tous pouvant déjà être observés ici ou là dans le secteur informatique:La fin des lieux de travail fixes.Ceci peut marcher pour les infrastructures (et encore), ça ne donne pas l’agilité requise pour les usages.En vain on fait briller à nos yeux la perspective d’une mathématique universelle ; nous ne pouvons sacrifier l’expérience aux exigences d’un système.La dialectique est nécessaire pour mettre l’intuition à l’épreuve, nécessaire aussi pour que l’intuition se réfracte en concepts et se propage à d’autres hommes ; mais elle ne fait, bien souvent, que développer le résultat de cette intuition qui la dépasse.Depuis mars, docteur arnaud berreby s’active à ce nouveau concept.Avec cette austérité sans précédent, me disait-elle, nous sommes revenus à un niveau de vie inférieur à tout ce que nous connaissions avant.Il faudrait qu’elle s’en donne l’ambition.Mais l’illusion ne dure guère, car nous nous apercevons bientôt que, là même où le philosophe semble répéter des choses déjà dites, il les pense à sa manière.Je pense que le prêtre avec sa croix, le soldat avec son sabre et le marchand avec son faux poids disparaîtront ensemble ; et que beaucoup de conceptions fausses, qui sont nécessaires à leur existence, disparaîtront en même temps ; l’idée de justice par exemple, qui après tout n’est qu’un des bras, chargé de tentacules laïques, de cette énorme et dégoûtante pieuvre qui s’appelle la Religion.