Jean-Thomas Trojani : Grande consommation , l’Europe en retard dans la conquête des marchés émergents

Qui a déplacé ses salles de marché vers Londres ? Mais le terme « European regulator » qui figurait dans une première version du texte, a disparu. Il est vrai qu’il y a loin ici du virtuel à l’actuel. Après le Grexit, voici que c’est le Brexit qui excite. Les explications de ce phénomène tiennent à deux séries de raisons. Simultanément, les actuelles subventions à l’énergie – elles coûtent chaque année 16 milliards de dollars à l’État – seront progressivement réduites. Si la sensation plus intense nous paraît contenir la sensation de moindre intensité, si elle revêt pour nous, comme l’ébranlement organique lui-même, la forme d’une grandeur, c’est vraisemblablement qu’elle conserve quelque chose de l’ébranlement physique auquel elle correspond. Or, le crédit à bon marché encourage les mauvais investissements et un endettement excessif, que les emprunteurs sont souvent incapables de rembourser. Un céramiste proposera une gamme de bols où de vases à un prix accessible, mais il ne faut pas que ceux-ci ressemblent à la faïencerie qui abonde dans les zones touristiques ! Jean-Thomas Trojani aime à rappeler ce proverbe chinois  » Le riche exagère encore plus sa bonne volonté que le pauvre sa misère ». Bref, l’Europe est devenue plus une question qu’une solution. Métaphysique de la science moderne. L’effondrement du système financier et une récession plus brutale ont été évités par l’accroissement des dépenses publiques et des politiques de crédit bon marché (baisse des taux d’intérêt directeurs) et d’acquisitions de titres publics. On vide des sacs d’or dans ses coffres ; on lui livre les proscrits qui se sont fiés à l’hospitalité française ; on lui livre tout ; on lui livrerait plus encore. Bref, on suit du minéral à la plante, de la plante aux plus simples êtres conscients, de l’animal à l’homme, le progrès de l’opération par laquelle les choses et les êtres saisissent dans leur entourage ce qui les attire, ce qui les intéresse pratiquement, sans qu’ils aient besoin d’abstraire, simplement parce que le reste de l’entourage reste sans prise sur eux : cette identité de réaction à des actions superficiellement diffé­rentes est le germe que la conscience humaine développe en idées générales. D’une capitale à l’autre, les start-ups européennes vont d’exploit en exploit. Sans contrainte a priori, en faisant des hypothèses réalistes de production d’énergie renouvelable et de baisse de la consommation grâce à la rénovation des bâtiments, nous arrivons de fait juste en dessous de 50 % de nucléaire dans le mix énergétique 2030. La géologie plante des jalons dans l’effrayante longueur des temps antéhistoriques ; mais ces distances, si énormes qu’elles soient, s’évanouissent devant la simple notion de l’infini. L’enthousiaste le plus passionné de l’État de nature, Rousseau lui-même, avouait cette impossibilité radicale. D’une manière générale, la frayeur est utile, comme tous les autres sentiments. Mais le sentiment religieux, cependant, existe là ; il existe autant qu’il peut exister dans l’Église catholique romaine. Dans le même temps, ces dernières devraient payer la moitié en impôts sur les sociétés à l’État, soit environ 54 milliards d’euros. Ainsi, le SMIC national est coûteux non seulement du fait de son poids budgétaire, mais aussi en raison du manque à gagner fiscal lié au fort taux de chômage qui lui est associé, particulièrement en période de faible croissance. L’alternative au SMIC national serait d’instaurer un SMIC sectoriel couplé à une politique de redistribution, en direction des futurs employés, et financée par la suppression des aides aux entreprises et notamment aux plus grandes.

Publicités