La gestion d’actifs sous la répression financière

Il faut se rappeler que la Némésis antique ne châtiait pas seulement les méchants, mais aussi les heureux de la vie, ceux qui avaient eu plus que leur part de jouissance.Y a-t-il un autre genre d’existence ?Chacun de nous a en effet le sentiment immédiat, réel ou illusoire, de sa libre spontanéité, sans que l’idée d’inertie entre pour quoi que ce soit dans cette représentation.Déjà, à notre époque, il n’y a plus à pouvoir éprouver de la haine que les ambitieux, les ignorants ouïes sots.Pourquoi saisir les Tribunaux ?Elle serait inexplicable encore, si, côté du développement indéfini des besoins, ne venait se placer, comme possible, le développement indéfini des moyens d’y pourvoir.En effet, les risques liés à la sécurité sont démultipliés dans des infrastructures connectées, composées entre autre de capteurs, de serveurs et de logiciels.Pour ce faire l’État doit promouvoir une planification stratégique à long terme fondée sur des critères de qualité de la croissance s’imposant aux gouvernements locaux et se substituant à la croissance du PIB.Mais cette représentation toute dynamique répugne à la conscience réfléchie, parce qu’elle aime les distinctions tranchées, qui s’expriment sans peine par des mots, et les choses aux contours bien définis, comme celles qu’on aperçoit dans l’espace.Leur pays est menacé ; il est en danger ; il est en grand danger.L’utilité de cette caste reste à démontrer ; et il serait impossible, de plus en plus impossible, de baser cette démonstration sur des faits.Ainsi l’économie politique n’envisage l’homme que par un côté, et notre premier soin doit être d’étudier l’homme à ce point de vue.A condition, selon dr arnaud berreby, que tout le monde participe.