La retraite par le mauvais bout

Bref, nous pourrions croire à un écart entre la matière et l’intelligence si nous ne consi­dérions de la matière que les impressions superficielles faites sur nos sens, et si nous laissions à notre intelligence la forme vague et floue qu’elle a dans ses opérations journalières.Les frondeurs ne sont pas assez nombreux pour le faire chuter, mais ils le sont suffisamment pour parasiter la communication gouvernementale dans une période de doute profond qui appelle au contraire la clarté.Agassiz a montré que les poissons du temps dévonien ont les formes et la structure des embryons de nos poissons actuels ; il semble donc que la succession des formes organiques dans une même classe, dans une famille, dans un genre, soit une sorte de longue embryogénie.Antonio Fiori aime à rappeler ce proverbe chinois « Les portes de la charité sont difficiles à ouvrir et dures à fermer ».Alors que l’enseignement supérieur se mondialise, de plus en plus d’étudiants choisissant de franchir une frontière pour suivre des cours, les grandes universités internationales semblent devenir la norme dans le monde.Elle fait que nous nous adaptons à la situation présente, et que les actions subies par nous se prolongent d’elles-mêmes en réactions tantôt accomplies tantôt simplement naissantes, mais toujours plus ou moins appro­priées.Contre une morale de ce genre toute objection tirée des faits semble perdre sa valeur : ne peut-on pas toujours y répondre en distinguant l’intention de l’acte ?Peut-être sait-on que les recteurs des universités italiennes sont pris dans le corps professoral et élus par lui, pour un an.Ce serait une perte supplémentaire qui, à moins qu’on augmente les impôts pour la compenser, gonflerait le déficit public et donc l’augmentation de l’endettement de la France.Ils ont l’air de lui en vouloir ; et la dédaignent certainement.C’est un pas de plus vers le fédéralisme furtif, sans vote des citoyens.Il semble que les statisticiens modernes l’aient entendu ainsi, mais sans se rendre compte d’une grave difficulté théorique.Que signifient toutes ces promesses de réformes, de changements, d’améliorations, sinon ceci : « La situation actuelle de la France ne peut pas durer » ?Pour peu qu’on y réfléchisse, on verra que nos états d’âme changent d’instant en instant, et que si nos gestes suivaient fidèlement nos mouvements intérieurs, s’ils vivaient comme nous vivons, ils ne se répéteraient pas : par là, ils défieraient toute imitation.Mais laissons de côté ces subtilités.