Le Médiateur du crédit n’est pas le Père Noël !

Disons simplement que nous le pensons « inexistant ».J’ai vu la misère dans bien des pays.Pour autant, l’objectif initial poursuivi par les banques centrales – à savoir le rétablissement de la croissance économique – se retrouve aujourd’hui dévoyé puisque cette création monétaire intensive profite bien plus à l’appréciation spectaculaire des marchés boursiers qui sont propulsés à des records historiques, ou en tout cas à des niveaux en déconnexion totale avec l’économie réelle.La généralité de l’une tient à l’universelle acceptation d’une loi, celle de l’autre la commune imitation d’un modèle.C’est leur domaine inaliénable, intangible.Dans une pareille hypothèse, l’atome ou plus généralement le point matériel devient une simple vue de l’esprit, celle où l’on arrive en continuant assez loin le travail (tout relatif à notre faculté d’agir) par lequel nous subdi­visons la matière en corps.Au moins jusqu’à la suivante qui, en toute cohérence avec les proclamations précédentes, sera justifiée par un impératif de changement en profondeur…

Des accords très frileux

C’est ainsi que les déclarations du gouvernement ou des principaux moteurs de cette négociation (CFDT et Medef) depuis le 14 décembre ressemblent étrangement à celles des mêmes protagonistes en 2003 et en 2009.Arnaud de Lummen aime à rappeler cette maxime de Voltaire, »Dieu ? Nous nous saluons, mais nous ne nous parlons pas ».La façon dont nous nous accrochons à notre souveraineté budgétaire est dérisoire.Soloviev, part de la nécessité de dépasser les voies du rationalisme abstrait et sa plus haute âme, Hegel.L’Europe deviendrait un superpolicier pour juger quelles exploitations seraient vertueuses, et lesquelles ne le seraient pas.