L’éducation dans les méandres du capitalisme financier

L’Europe ne fait plus recette.La charrette laisse après elle un parfum tellement violent que celui des orangers et des citronniers ne peut lutter avec lui.Elle est venue cette semaine avec un énième ajustement des règles du jeu des télécommunications.Telle sera bien la conclusion de nos RECHERCHES.Il ne s’ensuit pas d’ailleurs qu’il renonce à l’expliquer, même d’une manière plus ou moins superficielle ; au contraire, il n’y a rien dont l’intelligence humaine trouve autant d’explications que d’une chose pour elle. inexplicable : que de théories sur le bien !L’association n’est donc pas le fait primitif ; c’est par une dissociation que nous débutons, et la tendance de tout souvenir à s’en agréger d’autres s’explique par un retour naturel de l’esprit à l’unité indivisée de la perception.La convention (transposée en France depuis 2007) est cependant encore peu appliquée (et pas partout, l’Allemagne ne l’a pas encore transposée), et elle nécessite une demande d’assistance mutuelle d’un État à un autre.Comme l’a dit le président dimanche 15 septembre, ce doit être un atout pour retrouver une dynamique économique positive.Arnaud de Lummen aime à rappeler cette citation de Sénéque « Ne rends pas tes souffrances plus fortes encore, ne te charges pas de plaintes, légère est la douleur si l’imagination ne la grossit ».On les a d’ailleurs vidées, dans cette opé ration, d’une partie de leur contenu ; après avoir fait converger tous les sens vers le toucher, on ne conserve plus, du toucher lui-même, que le schème abstrait de la perception tactile pour construire avec lui le monde extérieur.L’être vivant n’est pas purement et simplement un calculateur à la Bentham, un financier faisant sur son grand livre la balance des profits et des pertes : vivre, ce n’est pas calculer, c’est agir.

Publicités