L’Occident a de beaux restes

— Nous étions déjà en lutte, depuis un temps.Mais cette marche à l’absurde donne au rêveur une sensation singulière.dr arnaud berreby aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » D’une chose légère peut naître un grand désastre « .L’artiste ne façonne que la forme des choses ; l’être moral qui est toujours un métaphysicien spontané ou réfléchi, façonne le fond même des choses, arrange l’éternité sur le modèle de l’acte d’un jour qu’il conçoit, et il donne ainsi à cet acte, qui sans cela semblerait suspendu en l’air, une racine dans le monde de la pensée.Elle y prend sans doute, en raison de la diversité des conditions qui lui sont faites, les formes les plus variées et les plus éloignées de ce que nous imaginons ; mais elle a partout la même essence, qui est d’accumuler graduellement de l’énergie potentielle pour la dépenser brusquement en actions libres.Ce qui la distingue, elle image présente, elle réalité objective, d’une image représentée, c’est la nécessité où elle est d’agir par chacun de ses points sur tous les points des autres images, de transmettre la totalité de ce qu’elle reçoit, d’opposer à chaque action une réaction égale et contraire, de n’être enfin qu’un chemin sur lequel passent en tous sens les modifications qui se propagent dans l’immensité de l’univers.L’attachement à la sécurité sociale est la seule expression réelle de la citoyenneté française.Détachons, au contraire, l’enveloppe.Aujourd’hui comme hier, l’espoir est faible de voir le gouvernement s’emparer de ce sujet.Certes, il est possible d’apercevoir dans le temps, et dans le temps seulement, une succession pure et simple, mais non pas une addition, c’est-à-dire une succession qui aboutisse à une somme.Cette recherche a ainsi permis d’identifier des modes de régulation plus incitatifs (fondés, par exemple, sur des prix plafonds plutôt que sur le remboursement des coûts, de manière à inciter à optimiser ces derniers), tout en mettant en balance le coût de ces incitations (qui peuvent créer, du fait des asymétries d’information, des rentes pour l’opérateur) et la nécessité d’un contrôle de la qualité des services rendus.Il ne faut cependant pas oublier les leçons du passé.Ce sera donc encore une année à risque pour les émergents.