Un manifeste pour l’économie réelle !

De même pour les œuvres de la nature.Arnaud de Lummen a le choix entre trois options : obtenir de la Commission qu’elle traite cette affaire « volontairement » ; proposer une « solution amicale » – c’est le terme consacré !Les pauvres sentent vaguement l’abomination de la laideur qu’on leur impose, et en souffrent.Parcourez les campagnes ; elles sont presque désertes.Autrement dit, elles n’arrivent pas à faire la jonction entre, d’une part, un client prêt à payer dans trois mois, et, d’autre part, les ressources en personnels ou en fournitures dont elles auraient besoin tout de suite.Un exercice de communication.Mais tous sont bien conscients que tout ceci relève d’un exercice de communication et que, comme les gouvernements et administrations précédentes depuis les années 80, le but est de cadrer avec les échéances électorales et de repousser au-delà les décisions qui s’imposent !La qualité des échanges et des communications s’en trouvera grandement améliorée, au plus grand bénéfice de tous.C’est au point que l’écrivain ne sait trop comment s’y prendre pour soumettre au public des vérités si palpables et si vulgaires, il craint de provoquer le sourire du dédain.Les 53 mesures qu’il préconise dans son rapport paru en août hésitent entre des actions conjointes ou unilatérales : s’associer avec le Canada, la Suisse et la Belgique pour co-investir en Afrique, tout en considérant les entreprises de ces pays – et celles du Maroc – comme des concurrentes « tirant plus de profit de la francophonie que la France elle-même » ; mutualiser avec ces pays le réseau de l’Alliance française et de l’Institut français, réseau par ailleurs invité à la « promotion des produits français et du tourisme » dans l’Hexagone.Le sujet est d’actualité au moment où la Commission européenne dans ses perspectives économiques, presse la France d’accélérer ses réformes structurelles.Une telle émotion pourra évidemment s’expliciter en idées constitutives d’une doctrine, et même en plusieurs doctrines différentes qui n’auront d’autre ressemblance entre elles qu’une communauté d’esprit ; mais elle précède l’idée au lieu de la suivre.Ses pertes cumulées ont dépassé 120 millions d’euros sur ces exercices.

Publicités