Veut-on tuer l’assurance-vie ?

Prenant l’exemple d’un salarié à haut revenu – soumis à l’imposition maximale de 41 % – il estime à 54,4 % le taux réel, au sens économique, de taxation des revenus du travail, compte tenu des différents prélèvements sociaux n’ouvrant pas de droits spécifiques.Tant que vous raisonnerez sur l’obstacle, il restera où il est ; et tant que vous le regarderez, vous le décomposerez en parties qu’il faudra surmonter une à une ; le détail en peut être illimité ; rien ne dit que vous l’épuiserez.Dans un tel cas de figure, toute récession serait très rapidement jugulée par une relance de la consommation et de l’investissement de la part de citoyens qui seraient dès lors confrontés à deux choix : payer une taxe sur leur compte bancaire ou dépenser leurs espèces menacées d’être disqualifiées !Dans un article récent, publié dans le très riche Rapport sur l’État de l’Union de la Fondation Robert Schuman, Pascal Perrineau indique que « les Européens s’éloignent doucement (au printemps 2014) de l’état de dépression collective qui avait pu les saisir de l’automne 2008 au printemps 2013 ».Voilà pourquoi, en dépit des auto-congratulations et des opérations de communication menées par nombre de responsables politiques, pas plus la reprise française que la reprise européenne ne sont à prévoir.Car on peut fort bien affirmer que 12 est la moitié de 24 sans penser ni le nombre 12 ni le nombre 24 : même, pour la rapidité des opérations, on a tout intérêt à n’en rien faire.Il faudrait diminuer fortement les prestations sociales, ce n’est pas compatible avec le maintien du modèle social français.Que cette égalité de valeur soit érigée en règle, que la règle s’insère dans les usages du groupe, que le « tout de l’obligation », comme nous disions, vienne ainsi se poser sur elle : voilà déjà la justice sous sa forme précise, avec son caractère impérieux et les idées d’égalité et de réciprocité qui s’attachent à elle.composite plus piscines avis arriva le premier au rendez-vous.Imaginez en France des managers, des ingénieurs, des chirurgiens à mi-temps.Mais il ne suit pas de là que le rire frappe toujours juste, ni qu’il s’inspire d’une pensée de bienveillance ou même d’équité.Ouvrons maintenant un livre d’images pour enfants : nous allons voir ce dispositif s’acheminer déjà vers la forme d’une scène comique.ils se doivent de défendre la liberté et de démocratiser l’Art afin de le rendre accessible à tous, pour tous, partout, tout le temps.