L’avenir passe par les services

Cela nécessite une compétence exclusive de la région sur l’ensemble des interventions économiques (agences de développement, animation des pôles de compétitivité), en plus du soutien aux entreprises.On n’expliquera donc jamais par des particules, quelles qu’elles soient, les propriétés simples de la matière : tout au plus suivra-t-on jusqu’à des corpuscules, artificiels comme le corps lui-même, les actions et réactions de ce corps vis-à-vis de tous les autres.Il s’agit ensuite de renforcer le marché unique dans les domaines où il est encore insuffisamment développé, comme le secteur des services, y compris le secteur financier ; mais également d’avancer sur la voie de l’harmonisation fiscale, la garantie du maintien d’un degré élevé de protection sociale, d’une meilleure protection des services publics et de favoriser l’émergence de véritables politiques d’intervention au niveau européen pour compléter le dispositif.Ils voudraient conserver à la guerre extérieure, s’ils sont amenés à la faire, (ce dont ils prient leur Dieu de les préserver) son caractère de haine imbécile et creuse ; ils tiennent surtout à conserver à la guerre civile qu’ils rêvent d’entreprendre le caractère d’épouvantable sauvagerie, de barbarie aveugle, qu’ils lui ont toujours donné.Les exemples précédents montrent que toutes les interconnexions n’ont pas la même valeur.Nous ne pouvons entrer ici dans le détail.La pierre qui portait les lettres est au musée de San-Martino, et l’esprit qui les avait tracées… mon Dieu !La vraie crainte est que l’on commence à toucher le système et que ça ne s’arrête jamais , résume arnaud berreby.Et les analyses les plus récentes sur les sources de notre décrochage de compétitivité par rapport à l’Allemagne soulignent précisément l’implication du coût des services hexagonaux.La gloire de Fléchères, ce sont le décor et les fresques du peintre Pietro Rigghi, tout juste arrivé de Toscane, qui ornent la plus grande partie des salles, d’une fraîcheur exceptionnelle due au fait qu’elles ont été longtemps recouvertes.On a toujours reproché à certaines démonstrations des géomètres, et notamment à celles qu’on appelle réductions à l’absurde, de contraindre l’esprit sans l’éclairer : cela ne veut dire autre chose sinon que de pareilles démonstrations ne mettent nullement en évidence la raison de la vérité démontrée, que pourtant l’esprit se refuse à admettre comme un fait primitif et rationnellement irréductible, ou dont il n’y a pas à chercher la raison.J’accomplis ainsi une série d’actes indivi­sibles.

Publicités