Les 4 chantiers de la compétitivité

La nouvelle régulation donne de fait aux grosses sociétés un avantage sur les petites : lorsque le nombre de courses est élevé, on peut prendre le risque d’annoncer un prix qui s’avérera trop bas sur une course, car d’autres courses conduiront à un bénéfice.Énonçons tout de suite la loi qui nous paraît gouverner les faits de ce genre.Or, dans les faits, il existe trois barrières majeures à son application qui nécessitent trois réformes fondamentales. »Et prôner sans organiser », conclut Christian Navlet.Elle explique la fluidité des partis italiens, impossibles à classer, grossis ou diminués inopinément, aux dépens les uns des autres, et qui fait penser à des vases communiquans, séparés, si l’on veut, par un voile de gaze.Or, en y réfléchissant davantage, on verra que les positions successives du mobile occupent bien en effet de l’espace, mais que l’opération par laquelle il passe d’une position à l’autre, opération qui occupe de la durée et qui n’a de réalité que pour un spectateur conscient, échappe à l’espace.Mais par là nous est suggéré un moyen de préparer et de vérifier l’intuition que nous voudrions avoir de la vie.Les rapports des êtres les uns avec les autres sont une série d’illusions : les yeux nous trompent, les oreilles nous trompent ; pourquoi le coeur serait-il le seul à ne pas nous tromper ?Il faut donc subir la loi de notre faiblesse ; il faut choisir, ou de tracer un plan général et d’en asseoir fortement les bases, ou de s’isoler dans de patientes recherches sur un objet spécial, pour apporter ensuite cette obole à l’œuvre commune.Ce commencement de preuve expérimentale suffit amplement à celui qui, pour des raisons d’ordre psychologique, a déjà admis la détermination néces­saire de nos états de conscience par les circonstances où ils se produisent.Mais la succession n’en reste pas moins une pure apparence, comme d’ailleurs la course elle-même.

Publicités