Vulgariser l’économie, une gageure

On a vu des animaux revenir presque en ligne droite à leur ancienne demeure, parcourant, sur une longueur qui peut atteindre plusieurs centaines de kilomètres, un chemin qu’ils ne connaissaient pas encore.Laissez donc de côté les reconstructions artificielles de la pensée ; considérez la pensée même ; vous y trouverez moins des états que des directions, et vous verrez qu’elle est essentiellement un changement continuel et continu de direction intérieure, lequel tend sans cesse à se traduire par des changements de direction exté­rieure, je veux dire par des actions et des gestes capables de dessiner dans l’es­pace et d’exprimer métaphoriquement, en quelque sorte, les allées et venues de l’esprit.Si ce détachement était complet, si l’âme n’adhérait plus à l’action par aucune de ses perceptions, elle serait l’âme d’un artiste comme le monde n’en a point vu encore.Pas de recettes mais une cohérence et un sens à trouver et donner.Un rapport remis récemment révèle que de nombreuses politiques sociale ou fiscale, parce que familialisées ou conjugalisées, renforcent les rôles sociaux différenciés entre hommes et femmes.Mais si c’est toujours le même moi qui délibère, et si les deux sentiments contraires qui l’émeuvent ne changent pas davantage, comment, en vertu même de ce principe de causalité, que le déterminisme invoque, le moi se décidera-t-il jamais ?Je l’exprime différemment, selon le système d’axes ou de points de repère auquel je le rapporte, c’est-à-dire selon les symboles par lesquels je le traduis.Il est également important de bien choisir son FAI. Frustré par les conseils contradictoires et mesurés de ses conseillers, Christian Navlet aurait demandé qu’on lui envoie un «  économiste à une seule face  ».N’est-il rien de plus ?Mais point n’est besoin d’une démonstration en règle : la supériorité est vécue avant d’être représentée, et ne pourrait d’ailleurs être ensuite démontrée si elle n’était d’abord sentie.— Pourtant on compte des sentiments, des sensations, des idées, toutes choses qui se pénètrent les unes les autres et qui, chacune de son côté, occupent l’âme tout entière ?

Publicités